Recherche

Michel LeBlanc

Michel Le Blanc Original

Bâtisseur

Intronisé en 2019

Michel LeBlanc
L'intronisation d'Éric Tourville

L'ascension de Michel LeBlanc

Natif de Murdochville (né le 29 juin 1964)

Gaspésien dans ses racines les plus profondes, Michel LeBlanc passera toute son enfance jusqu’à l’âge de la majorité dans la Baie des chaleurs. Amoureux du plein air et de la région, il décide de poursuivre ses études collégiales près de la maison. Après des études en sciences de la nature au Cégep de Gaspé, Michel LeBlanc prend la direction de l’Université de Sherbrooke, avec pour objectif de devenir professeur d’éducation physique.

Dès son arrivée en Estrie, le jeune gaspésien se rend à l’évidence qu’il devra trouver un moyen de parcourir la distance entre son nouveau domicile et l’institution universitaire où il étudiera pour les quatre prochaines années. À la même époque, les premiers vélos de montagne font leur apparition dans les boutiques spécialisées au Québec. Intéressé par les attributs de ce nouveau type de vélo, il fait l’achat de l’une de ses montures. Ce vélo de montagne sera son premier contact avec la discipline, mais c’est avant tout, son moyen de transport pour se rendre à ses cours.

Son amour pour la discipline se développera au fil des années. Une fois son parcours universitaire terminé, Michel LeBlanc quitte l’Estrie afin de retourner plus près de sa famille en Gaspésie. Il s’installe à Rimouski, où il participe à la création d’un programme de vélo de montagne au sein du club cycliste Cycle Bertin de Rimouski. Après quatre années passées dans l’Est-du-Québec, il s’établit dans la région de Québec.

Michel Le Blanc 2
Michel Le Blanc 3

Enseignant en éducation physique, ce dernier se joint à l’équipe du Cégep de Sainte-Foy en 1995. Dans ces années-là, il continue d’entraîner des athlètes indépendants qui font appel à ses conseils afin de perfectionner leurs habiletés en vélo de montagne. Grâce aux résultats de ces athlètes notamment, son nom commence à circuler dans les instances décisionnelles de la Fédération québécoise des sports cyclistes. Sa pédagogie, son professionnalisme et ses aptitudes techniques font de lui un candidat rêvé afin de piloter le premier programme de l’équipe du Québec en vélo de montagne.

En 1998, la Fédération québécoise des sports cycliste nomme Michel LeBlanc entraîneur de l'équipe du Québec. Il est appelé à offrir un encadrement aux athlètes québécois dans le cadre de compétitions à l'échelle nationale et internationale. En 2004, son travail rigoureux auprès des athlètes lui valent l'une des plus importantes distinctions dans le milieu du sport québécois, soit celui d'entraîneur de l'année au Gala Sports Québec.

Cette même année, il vivra l'un des moments les plus forts de sa carrière d'entraîneur, alors que sa protégée Marie-Hélène Prémont, décroche la médaille d'argent lors de l'épreuve du cross-country olympique aux Jeux d'Athènes en 2004. La fébrilité et l'excitation du moment se font encore ressentir lorsqu'il en parle d'aujourd'hui. À peine quelques semaines après la superbe performance de Prémont, il sera aux premières loges pour assister à la victoire de la formation canadienne lors de l'épreuve du relais mixte dans le cadre des Championnats du monde qui se tenaient à Les Gets, en France. Coureur junior de cette équipe, Raphaël Gagné franchit la ligne d'arrivée devant les Suisses qui comptaient sur un certain Nino Schürter.

L'année suivante, en 2005, Michel LeBlanc accepte le poste d'entraîneur de l'équipe canadienne de vélo de montagne. Dès son entrée en poste, son impact se fait sentir sur les résultats des athlètes qui portent les couleurs de l'unifolié. En 2007, son association avec Cyclisme Canada prend fin. Toutefois, celui-ci a poursuivi ses enseignements auprès de ses protégés. En raison de son expertise, le Comité olympique canadien (COC) offre le titre de gestionnaire de préparation olympique au principal intéressé. Lors de cette période, il accompagnera sa protégée spécialisée en cross-country olympique vers les Jeux olympiques d'été de Pékin, en 2008. Après les Jeux de Londres en 2012, Michel LeBlanc décide de retourner vers son premier amour, l'enseignement. Après plusieurs séjours interrompus, il retrouve son poste d'enseignant en éducation physique au Cégep de Sainte-Foy, où il partage sa passion de l'activité physique.

Au cours de sa carrière, Michel LeBlanc aura guidé bon nombre d'athlètes québécois vers l'excellence, dont Éric Tourville, Raphaël Gagné et Marie-Hélène Prémont.

Intronisation de Michel LeBlanc

Partenaires FQSC