Notre site fait l’objet d'une refonte complète. Pendant la transition, visitez ce lien pour consulter nos archives.
Recherche
Temple de la renommée

Annie Gariépy

athlète

Intronisé en 2016

Native de Granby (née le 12 mai 1975)

C’est d’abord sur les pistes de ski alpin qu’Annie Gariépy s’initie à la compétition. Mais suite à une blessure au genou survenue en délavant les pentes, elle enfourche un vélo et fait la transition vers le cyclisme sur route à l’âge de 15 ans. À sa première saison, elle connaît déjà du succès, raflant plusieurs médailles aux Jeux du Québec présentés à St-Jean-sur-Richelieu, en 1989. De là s’amorce une rapide progression pour la nouvelle convertie au cyclisme, elle qui a déjà un bon bagage sportif en raison de son passé de skieuse alpin.

C’est sous les couleurs de VÉLO EXCEL qu’Annie Gariépy effectue ses premiers coups de pédale en compétition. L’athlète d’âge cadet se frotte aux juniors lors de ses premiers Championnats canadiens sur piste et décroche deux médailles de bronze (kilomètre et poursuite individuelle). L’année suivante, fraîchement débarquée dans les rangs juniors, elle fait une razzia sur l’ovale et clame pas moins de quatre titres nationaux. Sur la route, elle décroche l’argent à la course sur route et l’or au contre-la-montre par équipe. Voilà qui donne le ton pour les années à venir (jusqu’en 1998), où, à presque chaque édition des Nationaux, sur route comme sur piste, elle montera sur le podium à une ou plusieurs reprises.

Annie Gariepy

En 1992, la représentante de VÉLO EXCEL troque temporairement son maillot pour celui de l’unifolié à l’occasion des Championnats du monde juniors disputés à Athènes, en Grèce. Auteure d’une 18e place à la poursuite individuelle, elle est toutefois victime d’une chute à la course sur route, où elle termine finalement 31e. À l’édition suivante des Mondiaux juniors, elle se classe 14e à la poursuite individuelle et 19e à la course sur route. En 1993, elle participe également aux Jeux du Canada et signe une récolte de deux médailles d’or et une d’argent.

En 1994, Annie Gariépy fait le saut chez les seniors et rejoint l’équipe Radiomutuel. Dans le cadre de son premier projet avec l’équipe nationale élite, elle prend part au Tour de la communauté économique européenne aux côtés de Clara Hughes et Alyson Sydor, où elle finit entre autres 11e et 14e lors d’étapes. Au Tour de l’Aude, la protégée d’Eric Van den Eynde se hisse au sommet du classement de meilleure jeune et enfile durant quelques jours le maillot distinctif qui y est associé. La saison suivante, elle se hisse au troisième échelon du général de la Mi-août Bretonne et prend la 66e place l’issue de la course sur route présentée aux Mondiaux. Elle se taille une place au sein du peloton masculin à l’occasion du Tour de l’Abitibi pour deux éditions consécutives.

En parallèle de sa carrière de cycliste, Annie Gariépy met sur pied une équipe féminine, alors qu’elle est âgée de seulement 21 ans. Avec l’aide de ses complices Sophie St-Jacques et Mélanie Dorion, elle lance l’équipe Élita en 1997. Cette formation va d’ailleurs devenir l’une des meilleures formations en Amérique du Nord en 1999 et 2000, avec la présence d’athlètes canadiennes et étrangères, dont Sara Ulmer, qui sera sacrée championne olympique en poursuite individuelle lors des Jeux d’Athènes, en 2000. 

Annie Gariepy4

Aux Jeux du Commonwealth, en 1998, Annie Gariépy met la main sur le bronze à la course aux points et franchit l’arrivée de la course sur route en 13e place. L’année qui suit en est une marquante dans la carrière de l’athlète qui s’adjuge alors la victoire au Grand Prix féminin international, un exploit qu’elle est la seule à avoir accompli au pays. Au tableau des performances réalisées cette même année figurent une 23e place à la Sea Otter Classic, une 29e place à la course sur route aux Mondiaux et une 44e place à la Redlands Bicycle Classic.

En 2000, la Québécoise poursuit sur sa lancée et s’impose parmi l’élite cycliste à plusieurs reprises : 9e à la Redlands Bicycle Classic, 10e au Tour de Toona, 13e à la Sea Otter Classic et 33e au Laser Jet Women’s Challenge. Ce palmarès lui vaut d’ailleurs une signature avec l’équipe Autotrader.com. Mais après une seule saison à rouler sous les couleurs de sa nouvelle formation, elle apprend que celle-ci met fin à ses activités. Alors à un carrefour déterminant de sa vie, elle décide de tourner la page et met un terme à sa carrière cycliste. À 26 ans, elle décide de mettre à profit son baccalauréat en éducation physique et se lance dans l’enseignement, profession qu’elle exerce encore à ce jour.

Annie Gariépy

Partenaires FQSC