Notre site fait l’objet d'une refonte complète. Pendant la transition, visitez ce lien pour consulter nos archives.
Recherche
Temple de la renommée

Jacques Landry

Athlète

Intronisé en 2012

Après un début modeste dans la catégorie cadet en 1984, Jacques Landry démontre toute l’étendue de son talent au moment de faire son entrée chez les juniors. Spécialiste du contre-la-montre individuel, il remporte le titre provincial de la spécialité deux années consécutives. À sa dernière saison dans les rangs juniors, les succès se multiplient, tant sur la route que la sur piste, alors qu’il est sacré champion canadien sur route, de même qu’en poursuite par équipe. Son palmarès de la saison lui vaut d’être choisi athlète junior de l’année au Québec.
Sa transition vers la catégorie senior en 1988 est impressionnante.  Il remporte les trois titres à l’enjeu des Championnats québécois sur route (course sur route, contre-la-montre individuel et par équipe) et s’illustre sur la scène canadienne, terminant notamment huitième au Tour de Beauce. Cette même année, il est sélectionné sur l’équipe nationale qui prend part au Grand Prix des Amériques, course réservée presque exclusivement aux cyclistes professionnels.
Jacques Landry sera membre de l’équipe canadienne durant toute sa carrière chez les seniors. De 1989 à 1991, il poursuit sa progression et s’affirme comme l’un des meilleurs routiers au Canada, en particulier au niveau du contre-la-montre et des courses par étapes.
1992 est une année importante pour Jacques Landry, alors qu’il s’engage au sein d’une équipe cycliste française pour entamer la saison en Europe. Sa victoire d’étape au Tour des régions italiennes et sa 23e place au classement général de la Semaine Bergamasque lui valent un laissez-passer pour les Jeux olympiques de Barcelone, où il termine au 62e rang de la course sur route.

Tr Des Reg Flammandes93

De 1993 à 1996, Jacques Landry partage son temps entre l’Europe et le Québec, et signe plusieurs victoires sur la scène internationale, dont au Tour des régions flamandes (1993), au Grand Prix des Nations (amateur) (1994), au Tour de Beauce (1994) et lors d’une étape du Tour du Nord Izère (1996). Outre ces triomphes, il se distingue également lors de Tours, où il termine régulièrement parmi les 12 premiers : 9e au Tour du Vaucluse (1993), 5e au Tour des Régions Italiennes (1994), 12e du Circuit de la Sarthe (1995) et 12e au Ruban Granitier Breton (1996).

En 1996, Jacques Landry participe à ses deuxièmes Olympiques. Il obtient le 66e rang à la course sur route et franchit la ligne d’arrivée au sein du peloton, parmi lequel comptent des cyclistes professionnels, nouvellement admis aux Jeux.
Jacques Landry a pris part aux Championnats du monde sur route à trois reprises, soit au contre-la-montre par équipe (1991), à la course sur route (1993) et au contre-la-montre individuel (1994), en plus d’avoir concouru à l’occasion des Jeux du Commonwealth (1994).

Viccommon1

Au niveau national, Jacques Landry s’impose parmi les meilleurs. En effet, il est de tous les podiums du contre-la-montre individuel disputé aux Championnats canadiens entre 1995 et 1998, et ravi la médaille de bonze à la course sur route présentée en 1995. À ces honneurs, il ajoute le titre national au contre-la-montre par équipe, qu’il remporte en 1990.

Après avoir pris sa retraite au terme de la saison 1998, Jacques Landry demeure impliqué dans le cyclisme, d’abord comme entraîneur national sur route avec l’Association cycliste canadienne, de 1998 à 2003. Ensuite, il quitte pour la Nouvelle-Zélande, où il se voit confier le rôle d’entraîneur de l’équipe nationale sur route, de 2004 à 2008, ainsi que de la poursuite individuelle et par équipe, en 2008. Il revient finalement au pays et est nommé directeur de la haute performance et entraîneur en chef à Cyclisme Canada, poste qu’il occupe toujours.

Jacques Landry
Partenaires FQSC