Notre site fait l’objet d'une refonte complète. Pendant la transition, visitez ce lien pour consulter nos archives.
Recherche
Temple de la renommée

Michael Belcourt

Athlète

Intronisé en 2012

Inspiré par ce qu’il a vu aux Jeux olympiques de Los Angeles, Michael Belcourt s’achète un vélo et prend part à sa première course cycliste. C’est au Collège John Abbott qu’il s’initie à la compétition et signe sa première victoire. Fort de ce premier succès, il fait officiellement ses débuts en cyclisme la saison suivante, sous les couleurs du club West Island. Il obtient alors plusieurs bons résultats, dont la troisième et la quatrième place au contre-la-montre par équipe et au contre-la-montre individuel présentés aux Championnats québécois sur route.
Les saisons suivantes, il réaffirme ses qualités de contre-la-montreur en remportant l’épreuve solitaire disputée aux Championnats québécois (1986), de même qu’en terminant deuxième (1987) et troisième (1986 et 1988) au contre-la-montre par équipe lors des Championnats canadiens, alors qu’il évolue au sein de l’équipe du Québec.
En 1987, Michael Belcourt prend part à son premier projet sous la bannière de l’équipe nationale et prend le troisième rang de la course sur route Belfort – Ballon d’Alsace, en France, une course sur route se terminant avec une ascension de 20 km au Ballon d’Alsace. Il s’inscrit au troisième rang des essais nationaux de contre-la-montre individuel, remportant notamment celui du Grand Prix Louis Garneau. Ces résultats lui valent une sélection sur l’équipe canadienne de contre-la-montre par équipe pour les Jeux de Séoul. Il ne toutefois y participer puisqu’il est désigné comme substitut. Cette même année, il obtient le neuvième rang de la Fosters International Road Race présentée à Toronto.

Quebec Montreal Trois Rivieres 1989

Michael Belcourt connaît une bonne saison en 1989. Porte-étendard de l’équipe Evian, il signe sept victoires. Lors des Championnats québécois sur route, il triomphe au contre-la-montre individuel et par équipe, en plus de décrocher la deuxième place à la course sur route. Sur la scène nationale, il finit deuxième au Tour du Saguenay Lac St-Jean, sixième au Grand Prix Louis Garneau ainsi qu’à la Classique cycliste de Montréal.

Après une saison difficile en 1990 en raison d’une blessure à la cheville, Michael Belcourt amorce une transition sur la piste en 1991, tout en participant à plusieurs épreuves sur route. Le succès ne se fait pas attendre, tandis qu’il remporte la poursuite individuelle à sa première participation aux Championnats canadiens sur piste.

Barcelona Qualifying Round

La saison 1992 est décisive pour Michael Belcourt. Il vise alors une place au sein de l’équipe olympique sur piste pour les Jeux de Barcelone. Avec l’équipe canadienne d’endurance sur piste, il participe à plusieurs compétitions sur route et sur piste en Allemagne. La formation de l’unifolié ne parvient cependant pas à réaliser le standard en poursuite par équipe afin de se qualifier pour les Jeux, ce qui ne laisse que la poursuite individuelle comme avenue. Le 16 juin, il obtient finalement son laissez-passer olympique en se qualifiant lors d’une compétition disputée à Trexlertown, aux États-Unis. Aux Jeux, il termine 15e et établit un record canadien, la nouvelle marque étant  de 4 min 42,441 sec.

Michael Belcourt conclut sa carrière en beauté. Il défend avec brio son titre de champion canadien en poursuite individuelle et conduit le quatuor québécois vers l’or à la poursuite par équipe.  

Michael Belcourt
Partenaires FQSC