Recherche

BMX

Nouvelles / BMX

« Mon objectif, c'est la médaille d'or et rien d'autre» - Jean-William Prévost

mercredi, 16 octobre 2019
Jean William Prévost tentera de rafler la médaille d'or aux Championnats du monde
Stéphane Bar

À 33 ans, Jean-William Prévost s'apprête à vive une toute nouvelle expérience le mois prochain. Pour la première fois depuis qu'il a entamé sa carrière d'athlète en BMX Flatland, celui-ci prendra part à la première édition des Championnats du monde de la discipline qui se tiendront du 6 au 10 novembre, à Chengdu, en Chine. Considéré comme l'un des meilleurs dans sa discipline à l'échelle mondiale, le Montréalais n'a qu'un seul objectif en tête, soit celui de rafler la médaille d'or.

« Je me donne des gros objectifs, sinon qu'est-ce que ça donne? L'objectif, c'est de me pousser encore plus loin. Je sais que je suis capable de gagner le titre. Je connais les gars contre moi, j'ai le niveau pour me mesurer à eux. Je pratique tous les jours avec cet objectif en tête », a-t-il expliqué lors d'un entretien téléphonique.

Les prochaines semaines promettent d'être intenses pour le Montréalais, lui qui compte rester en Asie pour les six prochaines semaines. D'abord, il s'arrêtera en Indonésie pour participer à une compétition internationale de BMX Flatland. Après, il se rendra en Chine afin de participer à la dernière épreuve de la Coupe du monde qui se tiendra à Chengdu du 31 octobre au 3 novembre. Après quelques d'ajustements et un répit bien mérité, Jean-William Prévost foulera sa monture avec l'objectif de mettre la main sur le maillot de champion du monde de BMX Flatland.

« C'est une nouvelle page d'histoire qui s'écrit! Ce sera les premiers Mondiaux de Flatland. C'est certain que c'est quelque chose de spécial. Je concentre tous mes efforts pour réaliser la meilleure performance le jour X. En tant que seul représentant canadien, je veux montrer que j'appartiens à l'élite mondiale, a lancé Jean-William Prévost.»

Globe-trotter par défaut

Véritable voyageur aguerri, Jean-William Prévost pourrait être considéré par plusieurs internautes comme un influenceur de sa discipline. Il n'y a pas une journée qui se passe sans qu'il publie ses prouesses sur son compte Instagram. Ambassadeur de marque pour des entreprises aux quatre coins de la planète, celui-ci est amené à se déplacer partout sur le globe pour faire la promotion du Flatland.

Au cours des dernières années, le Montréalais a passé au moins cinq années de façon discontinue en Chine. Il connait bien le territoire, lui qui a visité entre 20 et 25 villes du pays le plus peuplé de la planète. L'an dernier, il s'était même exprimé en chinois après avoir remporté une victoire sur le circuit de la Coupe du monde.

« J'ai vécu même à Chengdu pour organiser des spectacles de Flatland ici. J'ai même appris à parler chinois durant mon passage ici. Je me sens bien dans ce pays. C'est un avantage que les Mondiaux aient lieu ici », a-t-il admis.

Paris 2024 dans la mire

Conscient que la discipline du Flatland est en pleine effervescence à l'échelle mondiale, Jean-William Prévost espère que sa discipline suivra la même route que celle empruntée par le BMX Park.

« Il y un an, l'UCI annonçait la première édition des Championnats du monde de BMX Park. Quelques mois plus tard, on apprenait que la discipline sera aux Jeux olympiques. Est-ce que le sort pourrait être le même pour le Flatland? Je l'espère honnêtement! Il y a plusieurs étapes à franchir pour voir la discipline à Paris en 2024, mais j'ai espoir que le travail pourrait être accompli», a admis celui qui rêve de participer aux Jeux olympiques.

Lors de la dernière liste des sports qui pouvaient faire partie des sports de démonstration en vue des Jeux olympiques de Paris, le BMX Flatland n'en faisait pas partie. Discipline émergente, le Flatland pourrait faire beaucoup de chemin dans les prochains mois avec la présentation des Championnats du monde à Chengdu. Spectaculaire et hautement divertissant, le Flatland pourrait devenir une nouvelle mode dans les sports cyclistes d'ici les prochaines années. De plus, le Comité international olympique (CIO) est toujours à la recherche de discipline phare pouvant intéresser les auditeurs. La dimension commerciale de la discipline pourrait être un attrait majeur quant à son arrivée dans la joute olympique.

À son âge, Jean-William Prévost est conscient qu'il ne pourra pas maintenir son niveau pendant 10-15 ans. De plus, les conditions météorologiques du Québec entraînent déjà son lot de défis dans la pratique de la discipline. Trouver un terrain de pratique en hiver, ça relève quasiment du miracle dans la région métropolitaine. La réalité est encore pire dans les régions du Québec.

« J'ai un style énervé. C'est sûr que ce n'est pas toujours évident sur le corps, mais je le gère bien. Le plus difficile actuellement, c'est de pratiquer en hiver. Les espaces sont restreints, puis ça me prend une surface qui répond aux standards et exigences de la discipline. Je pratique sur un espace, mais c'est un peu petit. Je ne peux pas vraiment prendre beaucoup d'amplitude dans mes mouvements », a renchérit le Montréalais.

Considéré dans le top-10 mondial de la discipline actuellement, le Montréalais est à la recherche d'un local avec une surface plane de 40 pieds par 40 pieds, où il pourrait pratiquer quelques heures par jour durant l'hiver. Si une entreprise est intéressée à soutenir M. Prévost, vous pouvez communiquer au cvaillancourt@fqsc.net.

Jean-William Prévost en action sur sa monture (Crédit photo : Stéphane Bar)

Partenaires FQSC